En 2019, Peugeot a célébré les 70 ans d'une carrosserie un peu particulière : le break. Cette carrosserie spacieuse et pratique a fait le bonheur de nombreuses familles et commerçants, parfois au détriment du confort. Ce qui comptait, c'était la taille (du coffre), et Peugeot a réussi à démocratiser les breaks petit à petit en Europe et dans le monde entier. ALEPOC vous propose de retracer l'histoire de ces grandes voitures aux mille et une histoires.

Les prémices des breaks

L’histoire des breaks Peugeot est un peu plus ancienne que ce que les équipes marketing d’aujourd’hui tentent de nous faire croire. Le nom « break » a été utilisé pour la première fois chez Peugeot sur un fiacre dénommé Peugeot Break, construit en 1894 en même temps que les premiers prototypes des automobiles Peugeot. L’automobile s’est ensuite développée et les marchés ont commencé à se structurer. Dans l’entre-deux-guerres, comme de nombreux constructeurs, Peugeot a développé de nombreux utilitaires à partir des berlines classiques. La Peugeot 202 n’a pas échappé à la règle avec un développement tenant compte, en amont, de ces carrosseries particulières. C’est à l’été 1939 que la petite Peugeot se dote d’une carrosserie nommée « Commerciale Familiale ». Disponible en 4 ou 6 places elle fera qu’une courte carrière avec l’entrée en guerre de l’Europe en septembre 1939. La recette est trouvée avec une ligne de toit rehaussée, une longueur allongée et un espace de chargement agrandi. À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, les outils industriels ont été pillés et les matières premières manquaient. Peugeot a commencé à fabriquer des 202 break en bois, façon woodies américains, nommées Limousine Commerciale et surnommées Canadienne, à partir d’octobre 1946. Seulement 3 000 exemplaires ont été produits de manière artisanale, avant que l'industrialisation ne prenne le relais avec la présentation en 1949 du premier break de grande série de chez Peugeot : la Peugeot 203 Break.  

Découvrir nos pièces détachées pour Peugeot 202

Le premier break Peugeot

La berline s’allonge de 18 cm et s’alourdit de 100 kg pour offrir 4 places en version Commerciale ou 6/7 places pour la déclinaison Familiale. La Commerciale fait le bonheur des commerçants avec sa charge utile de 450 kg et la Familiale conquiert le cœur des familles bourgeoises qui trouvent enfin une voiture capable de transporter toute leur troupe. Il faut cependant choisir entre le transport des passagers ou des bagages, ce qui conduit à adopter une galerie sur la plupart des Peugeot 203 Familiale. L’espace à bord est rendu possible grâce à un changement des suspensions qui passent des ressorts hélicoïdaux à un essieu rigide avec ressorts semi-elliptiques longitudinaux. Le break n’en est qu’à ses débuts et l’image plus roturière s’en détachera bien plus tard. En 1956, la Peugeot 203 break quitte les lignes de production après 25 218 exemplaires.

Voir nos pièces détachées pour Peugeot 203

La réussite des breaks Peugeot

En 1956, la 403 se dote de sa propre version break déclinée également en Commerciale et Familiale. L’empattement grandit de 24 cm et le style s’affine avec une troisième vitre latérale élégante. La charge passe à 500 kg pour un volume maximal de 1,6 m3 avec une hauteur intérieure de 90 cm, de quoi laisser passer tout type de chapeau sur la tête. La praticité est toujours de mise et d’autres aspects sont un peu plus négligés comme la motorisation qui est inchangée par rapport à la berline. Le 4 cylindres en ligne 1468 cm3 de 58 ch peine à tracter les 200 kg supplémentaires. Les ingénieurs ont donc réduit les rapports de pont pour plus de nervosité. Cette Peugeot 403 Familiale suit le sillage de sa grande sœur en s’étant écoulée à 21 966 exemplaires au moment de quitter les chaines de production en 1962.

Nos pièces détachées pour Peugeot 403

Quand il y en a plus, il y en a encore. Peugeot a habitué sa clientèle à découvrir à chaque génération de berlines, une carrosserie break. La récente 404 ne fait pas exception et s’inscrit dans la lignée de la 403 avec ses codes stylistiques propres et une longueur accrue de 19 cm. Elle est déclinée en trois versions pour couvrir tous les besoins :  version Commerciale et sa configuration 5/6 places, la version break qui est une commerciale plus luxueuse et la version familiale en 7/8 places au sommet de la gamme. La 404 se bonifie et progresse en confort d’utilisation. La Peugeot 404 est le premier break à être doté d’un hayon pratique, d’une suspension moderne à ressorts hélicoïdaux et d’une assistance au freinage sur certains modèles. Du côté des motorisations, elle offre plus de choix, bien que l'injection ne soit disponible que sur la berline et les coupés/cabriolets. La marque introduit pour la première fois une motorisation diesel sur un break, après une expérimentation réussie auprès des taxis parisiens utilisant la Peugeot 403. En fonction des années, on va retrouver le fameux moteur Indénor en 1816 cm3 ou 1948 cm3. Un appétit d’oiseau pour une fiabilité remarquable, c’est le moteur parfait pour les entrepreneurs. Les améliorations apportées à la gamme et au confort se sont reflétées dans les ventes, avec près de 400 000 versions break produites. Ce succès a conduit Peugeot à décliner sa recette sur des segments inférieurs avec la Peugeot 204 break en 1965. Cette petite lionne a révolutionné la marque avec ses roues indépendantes, ses freins à disque et son architecture traction, et s'est dotée d'une carrosserie break compacte mais très spacieuse, avec 1,5 m3 de volume de chargement pour la fourgonnette. La 204 break est donc le premier break à traction avant de l’histoire de la marque, et se dote même en 1968 du plus petit moteur diesel en série (le 1255 cm3).

Découvrir nos pièces détachées pour Peugeot 404

Pour faire écho à la nouvelle 304, plus haut de gamme, le break 204 se dote d’une face avant semblable à cette dernière en 1971. La Peugeot 304 break est donc une 204 break déguisée puisque rien d’autre change. C’est même la plus petite des 304 avec une longueur inférieure de 15 cm par rapport à la berline. Fait étrange, les breaks 204 et 304 cohabiteront jusqu’en 1976.

Parcourir nos pièces détachées pour Peugeot 204 et Peugeot 304

Le premier break 4x4

En 1971, la nouvelle grande berline Peugeot 504 se transforme également en break avec un empattement allongé de 16 cm, pour une longueur totale en hausse de 31 cm. Le style se veut un peu différent avec une jonction de la partie arrière plus visible sur le toit. La Peugeot 504 est déclinée dans les appellations Commerciale, Break et Familiale. Une voiture robuste qui va rayonner, avec la berline, dans le monde entier et forger l’image de Peugeot. En 1981, elle sort complétement des sentiers battus avec la transformation réalisée par Dangel en break GR 4x4. C’est la première collaboration entre la récente firme de Sentheim et Peugeot. Une histoire qui continue de s’écrire encore aujourd’hui. En 1983, la 504 quitte le marché français, mais elle restera produite jusqu’en 2005 au Kenya.

Voir nos pièces détachées disponibles pour votre Peugeot 504

Montée en gamme des breaks

Au début des années 80, pleines de promesses, c’est le chiffre 5 qui fait un break. En 1980, c’est la 305 qui se dote d’un sac à dos avec des dessous de Peugeot 204 modernisés (découvrir nos pièces détachées pour Peugeot 305). Le succès n’est pas vraiment au rendez-vous par rapport à la berline avec seulement 250 723 exemplaires en 9 ans de carrière. De l’autre côté de la gamme, la 505 s’offre une déclinaison break en 1982 avec 590 kg et 1,94 m3 en capacité de chargement. Ce grand break a définitivement oublié la rusticité des premiers breaks en étant plus luxueux et confortable. Les lettres GTI auront même le droit de citer sur le hayon des versions breaks avec le 4 cylindres 2,2l de 130 ch. Une version très rare tout comme la préparation Dangel qui est reconduite pour les administrations et les personnes en mal d’aventures. Comme d’autres breaks Peugeot précédents, les 505 partent à la conquête de l’Ouest pour séduire une clientèle friande de ce type de carrosserie. La 505 va d’ailleurs être adoptée par les taxis des grandes villes avec sa motorisation diesel fiable et économe tandis que la Peugeot 505 break va intégrer la vie des familles. Les Américains auront le droit à une version Turbo nommée 505 Turbo SW8 pour « station wagon 8 places ». Une dénomination qu’on retrouvera bien plus tard en Europe. Cette version est peut-être le must du break Peugeot traditionnel en étant le dernier à être proposé en propulsion.

Découvrir notre sélection de pièces détachées pour Peugeot 505

Le dernier break Peugeot

S’ensuit toute une série de break où chaque nouvelle voiture a presque toujours droit à sa déclinaison break. La Peugeot 405 break a continué la lignée en 1988, suivie des  Peugeot 306 et 406 qui seront les derniers modèles estampillés « break ». La Peugeot 206 a inauguré la mode des petits breaks, tout comme l’avait fait la 204 en son temps, avec la nouvelle dénomination SW pour « Station Wagon ». À l’heure actuelle, il semblerait que Peugeot ait déjà sorti son dernier break de l’histoire avec la 308 III SW. Un modèle qui n’aurait jamais vu le jour sans la demande des marchés allemand et italien.

Les breaks Peugeot ont donc grandement participé à l’image du constructeur après la Seconde Guerre mondiale en participant au développement économique lié à la reconstitution, ainsi qu’au baby-boom qui a accru le nombre d’enfants dans les familles. De nombreuses générations ont des souvenirs mémorables de voyages dans ces breaks ou des souvenirs du quotidien avec les entreprises qui utilisaient ces voitures. C’est une histoire riche qui est malheureusement sur le point de s’éteindre. Des voitures qu’il faut préserver d’urgence.