En consultant notre site, vous consentez à ce que des cookies soient utilisés à des fins fonctionnelles, d'analyse et de publicité.
Le Cléon fonte : la rationnalisation par Renault

Dossiers

Le Cléon fonte : la rationnalisation par Renault

Parmi toutes les pièces moteurs pour voitures anciennes que nous proposons sur la boutique en ligne Alepoc, il y en a beaucoup qui concernent le même moteur. Pour vous en convaincre, rendez-vous sur la page dédiée à nos pièces moteur pour les anciennes Renault et vous verrez que le moteur Cléon Fonte est en bonne place. C’est l’occasion pour nous de vous parler un peu de ce moteur mythique.


Le Cléon Fonte, le premier moteur moderne de Renault

Le Cléon Fonte n’a reçu ce nom qu’après quelques années. L’origine en est simple : il est fabriqué à Cléon, en Normandie et coulé en fonte. C’est d’abord sous le nom de Sierra qu’il apparaît. Nous sommes à la fin des années 60. Renault étudie sa R8 et veut la doter d’un nouveau moteur. Jusque là ce sont les moteurs Billancourt qui équipent les petites voitures. Les plus grosses ont recours au moteur Etendard, également présent sur les utilitaires et petits camions.

Sauf que le Billancourt date de 1944 et accuse le poids des ans. Le moteur Cléon Fonte va s’en distinguer. Il est donc coulé en fonte et reçoit une culasse en alu avec un arbre à came haut actionnant les culbuteurs. On le conçoit dès le départ pour être polyvalent et proposer deux cylindrées : un 956 et un 1108 cm³. Il se démarque du Billancourt par deux points : il abandonne la cascade de pignons pour la distribution tandis que le vilebrequin tourne sur 5 paliers et non plus trois. Un gage de modernité qui permet de limiter les vibrations et d’augmenter les efforts sur l’arbre.

Renault Floride S

Il est prêt bien avant que la Renault 8 ne voit le jour. En fait c’est la Floride S qui va l’inaugurer lors du salon de Genève 1962. On le découvre dans sa version 956 cm³ (alésage de 65 et course de 72 mm) qui sort 51 ch. Quelques mois plus tard on le retrouve sous le moteur de la Renault 8, sa carrière est lancée.


Les nombreuses évolutions du moteur Cléon-Fonte

Renault 8 route

Le Cléon-Fonte ne va pas rester longtemps à 956 cm³. Sa version 1108 cm³ apparaît dès 1963 et c’est sous l’habitacle de l’Estafette qu’on peut le trouver. La course reste la même mais l’alésage est porté à 70 mm. Il est plus souple mais pas plus puissant. Par la suite on le retrouve sous le capot de la Floride et à partir de mi-64 dans la R8 Major, la version haut de gamme de la ligne. Son dérivé, la Renault 10 en sera équipée dès sa sortie.

Moteur Renault 8

C’est également ce moteur qui servira de base à Gordini pour le moteur de la R8 du même nom. C’est la culasse qui recevra le plus d’attention avec des chambres de combustion hémisphériques.


Les Cléon gagne en cylindrée

La même R8 Gordini accueille ensuite la nouvelle évolution fin 66. Le Cléon-Fonte gagne beaucoup en cylindrée en atteignant 1255 cm³.

Moteur R8 Gordini

La Renault 12 arrive en 1969, oui, elle vient de fêter ses 50 ans, et elle reçoit la nouvelle version 1289 cm³. Le Cléon-Fonte a perdu son nom de Sierra et s’appelle dorénavant le moteur C. Là on a augmenté l’alésage à 73 mm et la course à 77 mm. 54 ch DIN en sont tirés. Dès lors il est également monté sur la version coupé de la R12 : la R15 TL. Pour les versions sportives, Renault 12 Gordini et R17, on fera appel au cousin, le Cléon-Alu, apparu sur la Renault 16 et d’une cylindrée plus conséquente. Au début des années 70 c’est le 956 cm³ qui est remis à l’honneur en se montant sous le capot des Renault 6 et de la nouvelle Renault 5 qui devient vite le best-seller de la marque.

Renault 6

Les versions sportives de la Renault 5 verront le plus gros Cléon-Fonte qui ait existé. C’est le 1297 cm³ avec un alésage porté à 76 mm. Avec sa culasse hémisphérique il atteint 93 ch dans la R5 Alpine et aura même droit à une version turbo culminant à 115 ch !


Et l’histoire ne s’arrête pas là !

Mais le Cléon continue sa carrière. La Renault 4 s’était contenté du Billancourt jusqu’à la fin des années 70. La version GTL reçoit alors le 1108 cm³ qui sera par la suite remplacé par le 956. Ensuite c’est la R18 qui reçoit le 1400 quand elle remplace la R12. C’est également le cas pour la Renault 9 qui sort en 1981 et sa version bi-corps la R11 à partir de 1983. Dans ces autos, et pour la première fois, le moteur n’est plus longitudinal mais transversal. La Super 5 qui remplace la R5, en 1984, en est également équipée.

Alors que toutes ces autos sont progressivement remplacées par les Clio et R19, c’est bien un cléon de 1239 cm³ qui fera le bonheur de la Twingo. La mini Renault en sera équipée de 1993 à 1996 et ce sera la dernière auto au losange à s’en équiper.


Le Cléon le plus performant

Non, on ne l’a pas oublié. Il existe un moteur Cléon-Fonte encore plus performant que l’Alpine Turbo. C’est toujours le 1397 cm³ mais largement revu qui est monté en position arrière dans la R5 Turbo. 160 ch de base, mais les version compétition pourront atteindre près de 400 chevaux !


Le moteur Cléon-Fonte en dehors du losange

Un moteur courant et facile à modifier, voici qui va faire le bonheur d’autres constructeurs. Surtout que les volumes permettent d’en baisser les coûts.

C’est ainsi qu’il fera le bonheur d’Alpine qui en équipera son A110 avec les 956, 1108, 1255 et 1289 cm³. Mais Alpine fait partie de la galaxie Renault. Une autre Berlinette le recevra. La René Bonnet Djet, devenue Matra Djet en sera également dotée.

Plus original, les DAF le recevront et l’associeront à leur transmission à courroie Variomatic. Forcément Volvo l’utilisera également quand la marque suédoise absorbe l’hollandaise !


Le cléon-fonte en bref

Monté de 1962 à 1996 il a une longévité que seul le moteur Billancourt dépasse. Par contre en nombre de modèles, il est largement devant.

Vous retrouvez toutes les pièces moteur pour Renault anciennes équipées du moteur Cléon-Fonte sur la boutique Alepoc en cliquant ici.

    Laisser une réponse